Menu SWOTTAM
DU LUNDI AU VENDREDI: 09:00 - 18:30   A : Tassin-La-Demi-Lune (69)    CONTACT: +33 (0) 4 81 69 34 02
 |  
News Letter N°13 : 13 questions de kinésithérapeute sur la cryolipolyse - SWOTTAM
1910
page-template-default,page,page-id-1910,page-child,parent-pageid-929,mkd-core-1.0,sparks child-child-ver-1.0.0,sparks-ver-1.0,mkd-smooth-scroll,mkd-smooth-page-transitions,mkd-ajax,mkd-grid-1300,mkd-blog-installed,mkd-header-standard,mkd-fixed-on-scroll,mkd-default-mobile-header,mkd-sticky-up-mobile-header,mkd-dropdown-default,mkd-dark-header,mkd-full-width-wide-menu,mkd-header-standard-in-grid-shadow-disable,mkd-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

News Letter N°13 : 13 questions de kinésithérapeute sur la cryolipolyse

SWOTTAM / News Letter / News Letter N°13 : 13 questions de kinésithérapeute sur la cryolipolyse

Réponse aux 13 questions les plus couramment posées par nos clients kinésithérapeutes sur la cryolipolyse.

Nous vous recommandons d’orienter votre mobile en mode paysage pour un meilleur confort de lecture

1. Qu’est-ce que la cryolipolyse ?

La cryolipolyse est une technique d’amincissement par le froid. Comme son nom l’indique elle vise la destruction de cellules adipeuses. Mais son nom est également trompeur car il ne s’agit en aucun cas de « lyse adipocytaire » ces fameuses techniques pour lesquelles la Haute Autorité de Santé a émis des avis de dangerosité. La cryolipolyse est un soin à visée locale, avec des têtes de traitement appliquées sur des amas graisseux.

2. Comment le froid agit-il sur les adipocytes ?

Les adipocytes sont des cellules plus sensibles au froid que les autres cellules de l’organisme. Cette fragilité relative est liée à leur taille conséquente, ainsi qu’au fait qu’elles sont peu innervées. Le froid appliqué de manière intense et prolongée sur une même zone, déclenche un phénomène d’apoptose. Ce phénomène de mort cellulaire programmée est à différencier du phénomène de nécrose car il se produit sans destruction de la cellule, donc sans inflammation.

3. Faut-il vraiment beaucoup de froid sur la zone pour agir ?

Les adipocytes sont suceptibles de programmer leur apoptose si ils atteignent une température de l’ordre de 10°C (ce qui représente tout de même une chute de 27°C par rapport à leur température de confort). Pour que cette température soit atteinte au coeur du pli graisseux, il est nécessaire de porter à une température légèrement négative la surface du pli : entre -2 et -7°C en général. Mais le niveau de température ne suffit pas à déclencher le processus d’apoptose : il faut maintenir cette température pendant une durée de l’ordre de 30 minutes.
En pratique, on utilise des têtes de traitement qui aspirent le pli graisseux, avec une température de surface de -2 à -7°C pendant une durée de 45 minutes à 1 heure.

4. Est-ce qu’une séance de cryolipolyse fait mal ?

Le traitement de cryolipolyse n’est pas douloureux. C’est un traitement qui se révèle ni agréable ni désagréable. Des picotements sont ressentis en début de séance, atténués après quelques minutes par le froid qui provoque une anesthésie de la zone.
Si des douleurs réelles étaient ressenties, il faudrait immédiatement stopper le soin car elles seraient signe d’une contre-indication, d’un niveau d’aspiration trop fort, ou d’une température trop basse.

5. Combien de temps dure une séance ?

Il s’agit d’exposer le pli graisseux à un froid prolongé. Une séance devra donc durer à minima 30 minutes, et communément de 45 minutes à 1 heure. 45 minutes si le pli graisseux est modéré, 1h si le pli est important. C’est généralement la taille de la tête de traitement utilisée qui permet de définir la durée.
Il est important de noter que le praticien n’a pas à être présent pendant la séance. Il assure simplement la pose et le retrait des têtes de traitement (notion de mains-libres).

6. Est-ce opérateur dépendant ?

Non, et oui !
Non en principe car s’agissant d’une technique mains-libres, avec des gestes simples, on peut penser que le résultat sera le même quelque soit l’opérateur.
Dans les faits, le choix de l’emplacement de la pose, le niveau de froid appliqué, et la durée de la séance sont importants. Il s’agit donc d’être bien formé à la technique pour obtenir de bons résultats.
Comme dans toute technique, le diagnostic préalable à l’acte est essentiel pour s’assurer que le patient présente les bonnes indications.

7. Y-a-il des contre indications à la technique ?

Les contre-indications sont les hypersensibilités au froid (type Syndrome / maladie de RAYNAUD), les insuffisantes rénales sévères, et les habituelles précautions d’usage pour tout soin esthétique (cicatrices non stabilisées, maladies de peau, femmes enceintes…).
Il est à noter que les maladies hépatiques ne sont pas contre-indiquées. En effet, l’apoptose qui se déclenche quelques jours après le traitement, ne provoque pas de libération de triglycérides dans l’organisme contrairement aux techniques de lyse adipocytaire. L’élimination des adipocytes s’effectuant via les voies naturelles, il est important de bien s’hydrater et d’être attentif aux déficiences rénales.

8. Faut-il faire un bilan et si oui lequel avant de pratiquer cette technique ?

Le bilan est un élément important et indispensable avant d’effectuer un traitement de cryolipolyse. Les fondamentaux visent à mesurer l’épaisseur du pli graisseux, et à s’assurer qu’il présente une consistance molle.
La bonne pratique consiste à effectuer un bilan grâce à une solution d’analyse de composition corporelle, telle que la solution de bio-impédancemétrie INBODY. Avec cet équipement, il suffit d’une minute pour obtenir la composition détaillée du corps de votre patient : quantité d’eau, de muscle, de minéraux / d’os, de graisse, et ceci de manière segmentaire. On obtient ces données différenciées pour chaque membre et pour le tronc, ce qui est d’autant plus pertinent pour une technique à visée locale. Dans les faits nos praticiens équipés ont observé l’importance d’une bonne hydratation corporelle pour obtenir des résultats probants en cryolipolyse. On retiendra qu’il faut recommander à un patient sous-hydraté de palier à ce défaut avant de débuter son traitement. De même que chaque patient devra s’astreindre à boire 1,5 litres d’eau par jour en dehors des repas pendant tout le protocole de soin.

9. La mise en place de la technique est-elle contraignante ?

Techniquement, la mise en place est simple. La première étape consiste à appliquer sur les zones éligibles une membrane imbibée de gel de protection contre le froid. On applique ensuite les têtes de traitement (cryodes), en lançant l’aspiration. La durée de la séance, et le niveau de froid fixés, le praticien peut laisser son patient pendant toute la durée de la séance.

10. Au bout de combien de temps les résultats sont-ils visibles ou quantifiables ?

Les résultats sont visibles 3 à 4 semaines après chaque traitement, le temps que le processus d’apoptose aboutisse. Dans la mesure où chaque traitement déclenche l’apoptose d’environ 1/4 des adipocytes présents, les résultats seront plus visibles à compter de 3 à 4 semaines après la 2ème séance.

11. Les résultats sont-ils définitifs ?

La cryolipolyse est comparable à une lipo-aspiration, sans ses inconvénients et contre-indications, car il s’agit d’une méthode non-invasive. Les résultats sont donc réputés définitifs sans reprise de poids.
Si le capital adipocytaire de chacun est stabilisé après la puberté, il est à noter que le corps a la capacité de générer de nouveaux adipocytes par mitose. En effet dès qu’un adipocyte atteint sa taille critique (environ 50 fois sa taille d’origine), il va se diviser en 2.

12. Cela fonctionne-t-il aussi bien sur les femmes que sur les hommes ?

Oui, les résultats sont tout autant constatés sur les hommes que sur les femmes. La cryolipolyse vise les graisses profondes, d’origine alimentaire, que l’on trouve autant sur les hommes que sur les femmes. Contrairement à ce que l’on lit parfois, la cellulite, graisse d’origine hormonale et caractère sexuel secondaire n’est pas une indication de cette technique. En revanche il est compréhensible qu’en réduisant le pli graisseux, l’effet peau d’orange soit visuellement amenuisé.

13. Combien coûte une séance et combien de séances en moyenne pour un bon résultat ?

Les tarifs constatés pour une séance chez les kinésithérapeutes vont de 150 à 250 €. Ces tarifs sont à rapprocher de ceux pratiqués par les médecins et chirurgiens équipés d’une machine beaucoup plus onéreuse et basée pourtant sur les mêmes principes : de 400 à 1400 € par séance.
Il faut en moyenne 3 séances espacées de 4 semaines sur une même zone pour obtenir un bon résultat. En effet, à l’issue de la première séance, il reste environ 75 % des adipocytes d’origine, ce qui conduit à 56 % restant après la 2ème, et 42 % après la 3ème… Avec 3 séances on a ainsi réduit de plus de la moitié la quantité d’adipocytes présents.
Il est possible d’aller au delà de 3 séances si il reste suffisamment de pli graisseux à traiter.

 

 

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?

    No Comments

    Sorry, the comment form is closed at this time.